Epargner
|

5 conseils pour épargner en tant que dirigeant

Pour être prêt demain, il faut se préparer aujourd’hui. Comment ?

Conserver son épargne sous un matelas, sur un compte courant ou un produit d’épargne réglementée (Livret A, PEL …) revient à peu près au même : les rendements perçus sont soit nuls, soit inférieurs à l’inflation actuelle. En d’autres termes, cela revient à perdre du pouvoir d’achat à moyen ou long terme. Le seul moyen d’éviter ce manque à gagner est d’investir son capital sur des supports proposants un meilleur rendement.

Déterminer son profil d’épargnant

Il est fondamental de poser les bases, en répondant à cette question : quel type d’épargnant êtes-vous ? Les facteurs impactant l’épargne peuvent changer, selon votre statut. Etes-vous à l’aise avec la prise de risque ? Cela pourrait influencer le choix des placements (moins risqués ou plus risqués). Que dire de l’âge ? Les placements jugés judicieux à la trentaine peuvent être inadaptés à la cinquantaine. Qu’en est-il de la situation personnelle (famille et patrimoine) ? Elle peut également influencer l’épargne. Déterminer le profil d’épargnant aide à trouver le bon équilibre.

Fixer les objectifs

Épargner, investir…oui, mais pourquoi ? Épargner, juste pour épargner n’a aucun intérêt. Tout dirigeant qui s’y lance doit fixer des objectifs clairs et réalistes. En guise d’illustration, voici quelques-uns :

  • Avoir des liquidités régulièrement : un dirigeant peut épargner afin de disposer de liquidités à tout moment. Ainsi, lorsqu’une opportunité d’affaire se présente, vous la saisissez immédiatement.
  • Défiscaliser : l’épargne peut aussi viser à réduire les impôts. Il existe des investissements défiscalisants.
  • Préparer sa retraite : les dirigeants ne restent pas aux affaires éternellement. L’épargne peut servir à assurer la retraite.

Définir sa capacité d’épargne

La rémunération varie d’un dirigeant à un autre. Il en est de même pour les charges. Globalement : quelle somme d’argent peut-il épargner chaque mois, sans perturber son train de vie ?
Le but est de trouver un montant à placer régulièrement, jusqu’à ce que l’objectif fixé soit atteint.

Choisir les dispositifs ou supports d’épargne adaptés

Il existe plusieurs dispositifs d’épargne pour les dirigeants :

  • Assurance vie : ce contrat d’épargne (moyen ou long terme) permet de constituer un complément de retraite. Trois supports sont disponibles pour investir : fonds en euro, unités de compte et l’immobilier financier (OPCI, SCPI et SCI). Le rendement varie en fonction du support. Le contrat fixe le minimum du premier versement. Le dirigeant détermine le montant des versements suivants. Avec l’assurance vie, l’argent investi peut être récupéré à tout moment. Cette solution est adaptée pour ceux qui recherchent : souplesse, sécurité et performance.
  • Immobilier : le choix du placement dépend de l’objectif fixé : réduire l’impôt, préparer la retraite, protéger la famille, etc. L’objectif déterminé, vous déterminez votre budget et votre capacité d’emprunt. Il est très recommandé d’utiliser au maximum le levier du crédit. La pérennité de l’investissement immobilier est la clef. Donc, il faut établir une stratégie (comment investir ? quand investir ? quel dispositif privilégier ?). Un courtier SOFRACO est nécessaire pour bien penser un investissement immobilier.
  • Trésorerie dentreprise : il est question d’identifier les bonnes solutions d’investissement pour dynamiser la trésorerie de l’entreprise. À ce sujet, un contrat de capitalisation représente une solution d’épargne (moyen ou long terme). Il permet de constituer un capital à une échéance déterminée. Cette enveloppe permet d’accéder à plusieurs supports d’investissement. Un expert SOFRACO saura identifier les solutions pouvant dynamiser la trésorerie d’entreprise.
  • PEE (Plan d’Épargne Entreprise) : un système d’épargne collectif ouvert aux dirigeants (salariés ou non). Ce dispositif permet d’acheter des valeurs mobilières grâce à l’entreprise. Les sommes versées sur le PEE restent indisponibles pendant 5 ans, minimum. Des déblocages exceptionnels sont possibles. Ce placement permet de constituer un portefeuille de valeurs mobilières.
  • PER (Plan d’Épargne Retraite) : il se décline en trois formes.
    D’abord, le PER individuel : économiser afin d’obtenir une rente ou capital à la retraite. Ce plan succède au PERP et au contrat Madelin. Les versements volontaires alimentent principalement ce plan. Cette épargne peut être investie sur des actifs risqués et rémunérateurs.

    Ensuite, le PER d’entreprise collectif qui succède au Perco. Les dirigeants avec des salariés peuvent y souscrire. Ce plan d’épargne comporte des avantages fiscaux. Le dirigeant économise à l’aide de l’entreprise. À la retraite, il obtient une rente ou un capital. Ce PER s’alimente de diverses manières : versements volontaires, CET (Compte Épargne Temps), intéressement et Participation. Cette épargne peut être investie sur des actifs risqués et rémunérateurs.

    Enfin, le PER d’entreprise obligatoire qui succède aux contrats 83. Ce plan est ouvert aux salariés d’une entreprise (le dirigeant salarié aussi). Pour souscrire, il faut que l’employeur accorde ce droit. L’alimentation de cette épargne est similaire à celle du PER d’entreprise collectif. Néanmoins, il convient d’y ajouter les versements obligatoires.

Se faire accompagner

L’épargne parait simple en surface. Mais, dans le fond, il s’agit d’une suite de choix délicats et décisifs. Pour tirer le maximum de votre argent, il est très recommandé de se faire accompagner par un spécialiste en la matière.

Au sein du Cabinet Collas, nous vous accompagnons de bout en bout pour vous permettre de tirer le meilleur de votre épargne.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.