barème

Fiscalité : le nouveau barème de l’impôt sur le revenu

C’était une mesure annoncée et attendue depuis le mois de juin dernier, c’est désormais officiel : le barème de l’impôt sur le revenu sera indexé sur l’inflation et sera donc revalorisé de 5,4% en 2023.

Une indexation importante de l’impôt sur le revenu en 2023

Ce n’est pas une nouveauté puisque l’indexation du barème de l’impôt sur le revenu sur l’inflation s’est appliquée presque sans interruption depuis 1969, à l’exception des millésimes 2012 et 2013. En effet, cette indexation des tranches du barème sur l’inflation évite que les contribuables français paient un impôt disproportionné à leur salaire, qui n’augmente pas aussi vite, ou bien deviennent imposable pour ceux qui ont un faible salaire.

Le gouvernement indique toutefois que cette année la revalorisation est importante, puisque qu’elle sera de l’ordre de 5,4%.

Concrètement, les seuils et les plafonds du barème seront réhaussés dans cette proportion. L’entrée dans l’impôt se fera donc à partir de 10.777 € de revenus annuels, au lieu de 10.225 € cette année. Le nouveau barème progressif sur les revenus 2022 (et ses taux d’imposition) devrait être le suivant :

Tranche du revenu imposableTaux d’imposition
Jusqu’à 10.777 €0 %
De 10.778 € à 27,478 €11 %
De 27.479 € à 78.570 €30 %
De 78.571 € à 168.994 €41 %
Plus de 168.994 €45 %
Barème IR 2023

Quel impact sur le budget du contribuable ?

Cette indexation est une bonne nouvelle pour le contribuable. Avec cette forte revalorisation du barème, il y aura des économies d’impôt pour la plupart des Français. Par exemple, un célibataire sans enfant qui a empoché 34.520 € en 2021 a dû payer 3.243 € d’impôt sur le revenu (sans prendre en compte un quelconque avantage fiscal, hormis la déduction forfaitaire de 10%) ; avec le nouveau barème, il ne sera plus redevable que de 2.914 €, soit 329 € de moins.

Autres exemples : un couple sans enfant qui émarge à 100.000 € (soit deux parts) va économiser près de 700 € d’impôt, tandis qu’un couple marié avec deux enfants (trois parts) au revenu annuel de 140.000 € va, lui, économiser 985 € d’impôt.

L’économie fiscale sera vraie si le salaire, lui, ne suit pas l’inflation. Dans l’ensemble, les salaires n’ayant pas suivi l’inflation des prix à la consommation, cette indexation du barème apparait comme un « minimum syndicale ».

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *